Les entreprises prennent des mesures pour contrôler la vaccination des employés

Avec près de la moitié de la population brésilienne vaccinée avec au moins la 1ère dose d'un agent immunisant contre le covid-19, de nombreuses entreprises ont entamé une transition entre le bureau à domicile et le travail en présentiel. Dans ce scénario, le certificat de vaccination est apparu comme un moyen de contrôler la vaccination des employés et d'assurer un retour en toute sécurité au travail en face à face. Selon les informations du journal O Globo, des entreprises brésiliennes guident les salariés dans le respect du calendrier vaccinal. Ils effectuent également des recherches pour cartographier la vaccination des salariés et demandent l'envoi d'un certificat après la 2e dose. Mais ce contrôle n'est pas obligatoire, et le refus de se faire vacciner n'entraîne pas le licenciement du salarié. En janvier, le MPT (Ministère du Travail) a publié une note technique dans laquelle il donne des orientations sur le contrôle de la vaccination dans les entreprises. Selon l'agence, s'il n'y a aucune justification au refus, l'entreprise peut appliquer des sanctions, telles que l'avertissement, la suspension et, finalement, le licenciement pour juste motif. Avant toute sanction, le MPT recommande toutefois une sensibilisation. « Pour que les mesures recommandées soient comprises et acceptées par les travailleurs, il est du devoir légal de l'entreprise de les informer et de les sensibiliser à l'importance et à la nécessité des mesures de santé et de sécurité au travail », précise la note. . En juillet, le tribunal du travail de São Paulo a confirmé le licenciement d'une femme de ménage qui avait refusé la vaccination à deux reprises. Lors du procès, le juge Roberto Barros da Silva, rapporteur de l'affaire, a déclaré que le refus de l'employé mettait en danger les patients et les travailleurs de l'hôpital. aux activités sur site au 2ème semestre 2021, alors que 34% des répondants prévoient que le retour sera pour 2022.

Vaccination obligatoire dans les grandes technologies

Aux États-Unis, les grandes entreprises ont déjà pris des mesures plus strictes pour exiger la vaccination. Google, Facebook et Uber ont conditionné le retour du travail en présentiel à la présentation d'un justificatif de vaccination. La chaîne d'hypermarchés Walmart et Disney ont fixé une date limite pour que les employés se fassent vacciner. Là-bas, il y a moins d'adhésion à la vaccination qu'au Brésil. Bien que le pays dispose de suffisamment de doses pour vacciner l'ensemble de la population, seuls 50.1% des Américains ont été vaccinés jusqu'à présent. La raison en est le rejet du vaccin. Conjuguée à la stagnation de la vaccination, la propagation de la variante delta du coronavirus a provoqué une augmentation significative des nouveaux cas aux USA. Plusieurs entreprises, comme le journal New York Times, ont reporté le retour aux activités en présentiel en raison de la nouvelle vague de covid. continuer la lecture