compteur d'accès web gratuit

Le Parlement français refuse la réduction des impôts des propriétaires de cryptomonnaies

La Chambre basse du Parlement français a décliné une proposition visant à réduire les taxes imposées aux propriétaires de cryptomonnaie. Les amendements au projet de loi de finances 2019 auraient considérablement réduit les taxes liées aux cryptomonnaies.

Amendements au projet de loi de finances sur le refus de 2019

L'Assemblée nationale française a refusé d'approuver les amendements proposés au projet de loi de finances. Cela signifie que les propriétaires de crypto-monnaie et les entreprises continueront à payer les taxes stipulées au gouvernement national. Comme indiqué en ligne, le Parlement français a décidé de rejeter quatre propositions au total au cours de la séance.

L'une des propositions consiste à introduire une distinction entre les transactions de crypto-monnaie occasionnelles et les transactions de crypto régulières. Cette proposition aurait abouti à la création d’un système de taxation peu sévère des transactions occasionnelles.

Un autre amendement au projet de loi de finances prévoyait une augmentation du volume annuel des transactions classées dans l'exemption fiscale de 350 à 3,430, voire à 5,714. L’Assemblée nationale a décidé de rejeter cette proposition spécifique et a approuvé l’application des directives établies pour les valeurs mobilières. Comme l'a signalé, les lignes directrices ont été introduites après la mise en œuvre de la crypto-taxation.

En novembre de cette année, il a été proposé de réduire le taux d’impôt sur le revenu des cryptomonnaies de 36.2% à 30%. Cet amendement a également été mentionné lors de la réunion mais il n'est pas encore clair si la chambre a approuvé sa mise en œuvre.

Dans une récente interview, Alexandre Stachtchenko, l'actuel président de l'association française Blockchain, a déclaré que la décision du gouvernement n'offrait aucune sécurité juridique aux investisseurs et aux commerçants de cryptomonnaie. Alexandre a également déclaré que la plupart des investisseurs et des commerçants préféraient ne pas déclarer leurs revenus liés à la crypto-monnaie en raison de la réglementation en vigueur.

Le président de la France, Emmanuel Macron, a déclaré en juin que 2017 déclarait que la France était en train de devenir le premier pays en démarrage. Bruno le Maire, ministre de l'Economie et des Finances, a déclaré par la suite que la France était prête pour une vaste révolution de la blockchain.

Conclusion

La France est l'un des pays développés qui souhaitent adopter la technologie de la blockchain. Cependant, il vise également à faire en sorte que l'industrie soit réglementée pour limiter les risques. En décembre, les députés politiques français ont réservé 2017 millions d'euros pour la mise en place d'un système de blockchain au niveau de l'État. Le système sera mis en œuvre par phases sur une période de plusieurs années 569, comme l'a expliqué Bruno le Maire, ministre de l'Économie des Finances.

La plupart des experts qui ont observé les actions de la France en matière de crypto-monnaies sont d’avis que sa perception générale en la matière est encore ambiguë. On se souviendra que la banque centrale du pays avait refusé un plan qui aurait permis à des centaines, voire des milliers de kiosques à tabac de commencer à vendre du Bitcoin à leurs clients à partir de janvier 2019.

Précédent "
Suivant »