compteur d'accès web gratuit

L'Agence japonaise des services financiers envisage de réglementer les portefeuilles de crypto-devises

L'Agence japonaise des services financiers envisage de réglementer la résolution des portefeuilles crypto-devises

La Financial Services Agency du Japon a annoncé un plan qui lui permettra de surveiller et de mieux réglementer les services de portefeuille de crypto-devises il y a quelques heures. La décision de mettre en œuvre ce plan a été prise après avoir révélé qu'il existait de nombreux portefeuilles de faux crypto-devises sur Google Play Store.

Règlement sur les services de porte-monnaie cryptographiques pour la FSA

La Financial Services Agency a tenu lundi une réunion conjointe de délibération pour discuter du marché et de la réglementation de la crypto-monnaie au Japon. Selon le procès-verbal de cette réunion, l’un des principaux objectifs de la réunion était de présenter un solide plan de réglementation des portefeuilles cryptographiques et des entreprises qui offrent ces services.

À l'heure actuelle, toutes les entreprises impliquées dans des transactions commerciales impliquant une crypto-monnaie, telles que la vente et l'achat, recherchent une accréditation auprès de la FSA avant de commencer à offrir les services. Selon l'agence, les portefeuilles ressemblent aux comptes bancaires, car ils servent à stocker des devises numériques ayant une valeur monétaire immédiate.

L'Agence japonaise des services financiers envisage de réglementer les cryptomonnaies sur les portefeuilles et les cryptomonnaies

Les dirigeants de l'agence ont conclu que même si la majorité des fournisseurs de services de porte-monnaie traitent un grand nombre de devises numériques pour les traders et les bourses, ils ne sont pas directement visés par les réglementations et les lois en vigueur. En effet, ils ne sont pas directement impliqués dans la vente et l’achat de bitcoins et d’autres monnaies cryptographiques.

Tel que cité par Nouvelles Bitcoin, le plan de régularisation précisait également que la réunion était axée sur les fournisseurs de services et non sur les développeurs de portefeuille matériel et logiciel. Notamment, la plupart des portefeuilles de crypto-monnaie existent et fonctionnent uniquement en tant que code ne disposant pas d'un leadership ou d'un développeur défini.

La Japan Financial Services Agency se dit optimiste sur le fait que la réglementation contribuera à prévenir certains des risques associés aux cryptomonnaies, tels que le financement d'activités terroristes et le blanchiment de capitaux. Ils veilleront également à ce que les services de porte-monnaie soient conformes au règlement financier international.

Mise en œuvre des normes du groupe d'action financière

Le groupe d'action financière créé pour examiner le secteur de la crypto-monnaie a examiné en détail tous les risques associés aux crypto-monnaies et à la fourniture de services de portefeuille. Certains des risques notables incluent:

  • Échecs de portefeuille
  • Le blanchiment d'argent
  • Cyber-attaques

L'Agence japonaise des services financiers envisage de réglementer les portemonnaies et les cryptomonnaies cryptographiques aujourd'hui

L'une des réglementations possibles que le groupe de travail envisage d'appliquer implique la maintenance des systèmes de contrôle interne et la gestion indépendante des crypto-monnaies appartenant aux clients et aux fournisseurs de services. Dans le but d’obtenir une vision claire des services offerts, la FSA demandera également des audits des états financiers aux fournisseurs de services. Si un événement malheureux tel que le piratage se produit, les fournisseurs de services seront tenus de publier leurs politiques et de révéler la rétention des fonds qu'il compte utiliser pour rembourser les clients.

La réunion a également discuté de la période de transition pour les nouveaux règlements sur les portefeuilles à introduire et à mettre en œuvre. Pendant la période de transition, les fournisseurs de services ne pourraient pas ajouter de nouvelles pièces prises en charge par leur système, de nouvelles entreprises et de nouveaux clients. Ils ne doivent pas non plus publier d'avis sur leurs plateformes en ligne concernant leur accréditation et leur enregistrement.

Enfin, les fournisseurs de services qui refusent de suivre le processus d’enregistrement sont tenus d’informer leurs clients et d’afficher un avis sur le site Web indiquant que leur entreprise sera bientôt supprimée.

Précédent "
Suivant »